Par-delà les Montagnes Hallucinées

1er septembre - 6 septembre 1933 : préparatifs
Rencontres et écueils

*1er septembre 1933c

À leur arrivée à l’hôtel Amherst, lieu de rendez-vous prévu pour les membres de l’EXpédition Starkweather-Moore, Asbjörn Varri, Blake Dorrington, Winston Reed et Jared Jarvis font connaissance autour de clefs de chambre à répartir, de bagages (plus ou moins volumineux) à transporter et d’un mot laissé à leur intention leur enjoignant de rejoindre le dock 74, sur les bords de l’Hudson, point d’amarrage de la Gabrielle, navire qui les transportera jusqu’en Antarctique.

Entassés dans un taxi, les nouveaux compagnons rejoignent Aban Shanleigh, New-Yorkais qui monte sur la passerelle menant à la Gabrielle en même temps qu’eux. Après enregistrement auprès du personnel de bord et vérification d’identité de rigueur, tout le monde se voit délivrer un permis de circuler sur les docks déjà encombrés de dizaines de caisses de matériel avant de faire connaissance avec l’un des meneurs de l’expédition le professeur William Moore. Ce dernier les reçoit au milieu de notes éparses et après une rapide présentation leur enjoint de passer entre les mains du docteur Richard Greene pour s’assurer de leur santé et de leur capacité à prendre part à l’expédition. Un travail qu’il se partagera désormais avec Winston Reed, le médecin spécialiste du froid.

C’est ensuite Peter Sykes, l’affable guide canadien qui leur fera essayer des vêtements polaires en prenant leurs mesures afin de leur en faire confectionner à leur mesure. Un premier contact avec les dangers de la glace qui n’est pas sans refroidir tout ce petit monde. Ensuite, tout ce petit monde passe quelques minutes en ville dans le cabinet de Garret Stampton pour faire vérifier l’état de sa dentition (et pour les identifier en cas de décès ironisera le docteur). Retour à l’hôtel et relâche le soir avant le rendez-vous du lendemain matin avec l’équipe au complet pour faire connaissance avec les autres membres de l’expédition.

2 septembre 1933

Après des réveils échelonnés, tout le monde finit par se retrouver dans la salle de conférence rose dans laquelle le personnel de l’expédition à rendez-vous. Après un accueil bref et général de James Starkweather, William Moore prend la parole pour jeter les bases du périple à venir et ce qui le sous-tend avant d’entamer un tour de table pour permettre à chacun de se présenter et de détailler sa place parmi les membres de l’ESM.
D’abord relativement guindée la présentation générale finit par se détendre lorsque plusiseurs bons mots sont lâchés, tant du côté de l’équipe scientifique (par Morehouse Bryce et Samuel Winslow notamment) que du côté des techniciens ou des guides (Patrick Miles et Gunnar Sorensen par exemple). Chacun se voit ensuite attribué une série de mission la plupart ayant trait à la vérification du matériel afin de s’assurer que tout soit bien prêt au moment du départ de la Gabrielle, prévu le 14 septembre.

Chacun s’attelle donc à la vérification de longues listes de matériels pour en répertorier l’arrivée ou, au contraire en commander les éléments manquants. Le temps file et il faut beaucoup d’organisation à chacun pour venir à bout de sa liste. Sans compter que divers problèmes apparaissent rapidement.
Le soir, autour d’un repas avalé rapidement, les premiers contacts se nouent entre les différents membres de l’expédition.

3 septembre 1933

Réveillés par un éclat de James Starkweather qui crie sa rage dans l’hôtel encore endormi en claquant la porte de la chambre de William Moore, les membres de l’ESM comprennent vite la raison de cette colère : Acacia Lexington, la riche héritière, annonce son départ prochain (10 septembre) pour l’Antarctique, résolue à être la première femme à s’y rendre et ‘attaquant’ l’ESM sur son manque de personnel féminin. Moore annonce donc qu’une femme devrait prochainement se joindre à l’Expédition, histoire de couper court aux rumeurs. Par ailleurs, pour couper l’herbe sous le pied de Lexington, décision a également été prise d’avancer la date du départ au 9 septembre… D’où un surcroît de travail pour que tout puisse être prêt à temps.
Nombreux sont toutefois les participants à se demander ce qui a bien pu générer une telle inimitié entre James Starkweather et la belle Acacia Lexington. Avec ces questions en tête et un Moore occupé par le recrutement de la mystérieuse jeune femme, tout le monde replonge dans ses listes de matériel avec une certaine perplexité. Miles, Winslow, Orgelfinger ou Cartier ne manquant pas de se poser des questions quant à la réaction de Starkweather…

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.